Léonard Renoir, père de l’artiste (Limoges 1799- Louveciennes 1874), 1869 ; Renoir

Huile sur toile, 61 x 48 cm

The Saint Louis Art Museum, Missouri

 

La famille de Renoir descend, selon ses dires, d’aristocrates éliminés à l’époque de la Terreur. Léonard Renoir (1799 – 1874) se consacre au métier de tailleur, en s’établissant à Limoges avec Marguerite Merlet ( – 1896), ouvrière en robes, qu’il a épousé à Saintes en 1828. Le couple a sept enfants; les deux premiers décéderont jeunes, Pierre-Henri se consacrera à la gravure d’orfèvrerie, Léonard-Victor continuera le métier de son père, Edmond sera journaliste et écrivain, Pierre-Auguste triomphera dans la peinture et Marie-Elisa se consacrera à son foyer avec le dessinateur Charles Leray. Leonard et sa famille déménagent à Paris en 1845 cherchant de nouveaux horizons pour son affaire, ce qui ne se produira pas. En 1869, alors que la famille passe des vacances à Ville d´Avray, Léonard pose pour son fils, et cet attirant portrait en résulte. Le vieux tailleur, qui compte quelque soixante-dix années, apparaît en premier plan,  dirigeant son intense regard vers le spectateur. Renoir recueille la personnalité du modèle de la même manière que le faisaient les peintres classiques tels que Le Titien ou Velázquez. Renoir emploie une touche rapide et un coloré foncé, contrastant avec le blanc du col de la chemise. Le style utilisé par le jeune peintre rappelle les oeuvres de Manet, l’artiste le plus admiré par les futurs impressionnistes avec Courbet.

Pour ce portrait intime, de format réduit, Renoir a choisi un cadrage qui concentre l’attention sur le visage et exclut presque entièrement les mains, dont une seule est à demi visible. De manière très subtile, l’axe du corps est légèrement oblique et décentré ; une ombre portée à gauche accentue vigoureusement le relief de l’œuvre. La comparaison avec le portrait de commande plus ancien de William Sisley montre déjà une nette évolution : la touche est ici beaucoup plus animée ; voir le traitement des cheveux et de la barbe, ainsi que du fond pourtant volontairement simplifié. Il est évident que la personnalité du modèle autorisait à un moindre respect des conventions.

Publicités
Cet article a été publié dans Portraits 1860-1879. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s