Allée cavalière au bois de Boulogne, 1873 ; Renoir

Huile sur toile, 261 x 226 cm

Kunsthalle, Hambourg

 

A la fin de 1872, Renoir commence à travailler sur ce tableau destiné au Salon de Paris de l’année suivante. Le jury rejettera l’oeuvre, mais reçevra d’intéressantes critiques de Castagnarry, un des crittiques les plus importants du moment. L’autre toile, un portrait, envoyée à ce même salon sera également refusée. Ce tableau sera alors exposé au Salon des Refusés. 

L’oeuvre est réalisée à l’Ecole Militaire des Invalides, avec comme modèles Madame Darras et Joseph Le Coeur. Une amazone, à peu près en grandeur nature, est montée sur un cheval et à côté d’elle un jeune garçon, sur un poney. Ils  viennent vers le spectateur, le cheval de l’amazone au trot, le poney au galop. Les portraits des deux personnages ressortent de façon plus attrayante que le reste de la composition. La sensation de mouvement et les postures des chevaux sont très artificiels, donnant l’impression que les protagonistes montent sur de petits chevaux au lieu d’animaux réels. Bien que la lumière employée soit de tonalité naturelle, provoquant des couleurs sombres – le capitaine Darras critiquera durement les couleurs arguant “qu’on avait jamais vu de cheval bleu” –, nous trouvons encore des échos de l’oeuvre de Manet, Courbet et Corot dans les tonalités ternes, où abondent les gris. Peut-être le plus attrayant est-il  l’intérêt du jeune peintre pour attraper avec ses brosses la vie quotidienne de la bourgeoisie parisienne, thème habituel dans sa production qui suppose une importante novation par rapport à la peinture académique. On est étonné aujourd’hui que l’Allée cavalière ait pu être condamnée par un jury de peinture. On est là, en présence d’une œuvre de belle allure, où l’auteur atteint la grande force d’exécution. On peut présumer que c’est le coloris, alors déconcertant par sa nouveauté, où apparaissent les reflets et les variations de tons propres à Renoir et à l’impressionnisme, qui aura fait repousser l’œuvre.

Publicités
Cet article a été publié dans Portraits 1860-1879. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s