Capitaine Edouard Bernier, 1871 ; Renoir

Huile sur toile, 81 x 65 cm

Gemaldegalerie Neue Meister, Dresden

 

Le militaire n’hésite pas à soutenir le jeune artiste depuis le premier moment et lui commande un portrait, en posant dans l’atelier de la rue des Petits-Champs en uniforme de gala. Les tonalités sombres dominent l’ensemble, en contrastant avec la brillance métallique des boutons et des épaulettes, les décorations de la poitrine et les passements sur les manches. Mais le centre d’attention se situe sur le visage du capitaine, qui dirige son regard vers le spectateur d’une façon martiale, intéressant le peintre pour traduire la personnalité de son modèle, de la même manière que faisaient les grands maîtres que Renoir admirait au Louvre, comme le Titien, le Tintoret ou Velázquez. Le modèle est assis sur une chaise et se projette en avant vers le spectateur, en se découpant sur un fond couvert de nuages avec des tonalités mauves qui paraissent annoncer l’impressionnisme. La touche est rapide et empâtée dans quelques zones – les mains ou le fauteuil – mais ne renonce pas au dessin et au modelé, en accord avec les peintures de Manet et de Courbet, les maîtres contemporains qu’admirait le plus Renoir.

Publicités
Cet article a été publié dans Portraits 1860-1879. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s