Claude Monet lisant, 1872 ; Renoir

Huile sur toile, 61 x 50 cm

Musée Marmottan Monet, Paris

Renoir fait pour la première fois connaissance de Claude Monet en  1862, ainsi que de Sisley et de Bazille lorsqu’ils sont étudiants dans l’atelier de Gleyre. A partir de ce moment, d’étroites relations s’établissent entre les quatre étudiants. Monet et Renoir travaillent ensemble à de nombreuses occasions – à Chatou, sur la Côte d’Azur, et en Italie -, utilisent les mêmes sujets comme La Grenouillère, et se présentent dans les mêmes expositions. C’est pendant l’été de 1872, alors qu’il passe la saison chez les Monet à Argenteuil, que Renoir peint, en geste d’affection et de remerciement pour leur hospitalité, ce beau portrait, ainsi qu’un autre de Camille, la femme de Monet. Claude se présente au premier plan, fumant son inséparable pipe et concentrant son regard sur la lecture du journal, vêtu d’une veste noire et d’un chapeau sombre, ce qui souligne de cette manière l’intensité des tons clairs du journal, des poignets ou de sa peau. La concentration du modèle sur sa lecture indique la capacité de portraitiste toujours montrée par Renoir. Claude Monet apprécia beaucoup ces portraits et les conservera toute sa vie. Son fils donnera ces toiles en 1966 au Musée Marmottan, où sont conservés bon nombre des travaux de son père.

En peignant ce portrait intime d’un ami fixé dans une attitude familière, Renoir conserve toute sa faculté de s’exprimer librement. La touche est très apparente, les couleurs intenses et des notations comme l’orangé qui ponctue la barbe du modèle ou la fumée bleue de la pipe sont de celles qui indisposent le plus les critiques professionnels. Ce n’est d’ailleurs pas ce portrait, mais probablement un autre portrait de Monet, qui sera exposé en 1876 à la seconde exposition Impressionniste. Monet y apparaît cette fois en peintre,l a palette à la mai, concession certaine à la tradition. Bien que son nom ait été dissimulé sous les initiales M.M., quelques rares critiques favorables sauront le reconnaître et l’apprécier.

Publicités
Cet article a été publié dans Portraits 1860-1879. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s