Claude Monet peignant dans son jardin à Argenteuil, 1873 ; Renoir

Huile sur toile, 46 x 60 cm (M)

The Wadsworth Atheneum Museum of Art, Connecticut

 

Pendant les étés situés entre 1872 et 1874 Renoir rend visite à Monet dans sa maison d’Argenteuil. Pendant ces séjours estivaux, il réalise de nombreuses œuvres, dont ce portrait de son ami Claude peignant à l’air libre peint pendant l’été 1873, seulement un an avant l’exposition impressionniste.

Cette toile évoque mieux que tout commentaire l’amitié et l’identité des recherches de Renoir et de Monet au début des années 1870. Renoir représente Monet en train de peindre en plein air une haie de dahlias multicolores (aujourd’hui dans une collection privée américaine).

Le peintre se trouve dans le jardin de sa maison avec le chevalet et la petite toile, portant le costume sombre qu’il a l’habitude de porter -et qu’on peut voir dans le portrait intitulé Claude Monet-. En dépit de l’absence volontaire de détails dans les traits du modèle, on reconnaît bien Monet avec son inséparable chapeau rond. Cette image nous fait connaître les habitudes de Monet qui utilisait un matériel léger susceptible d’être aisément transporté sur le motif. En contraste avec d’autres paysages sensiblement contemporains, le sujet suggère ici à Renoir une organisation plus stricte de la composition : l’arrière-plan avec les maisons surmontées de leurs toits gris bleutés se profilant sur un ciel opaque met en valeur la profusion exubérante du buisson de dahlias à peine contenu par la palissade qui ménage une sorte de petite scène où prend place la figure. La ligne générale, oblique, correspondant au sommet de cette haie, conduit d’ailleurs l’oeil à la silhouette du peintre devant son chevalet. Au fond, se trouvent des bâtiments, découpés sur un ciel où apparaissent les dernières lumières de la tombée du jour. Les fleurs que peint hypothétiquement Monet perdent leur couleur à cause de la faible lumière, même si celles de la zone haute restent éclairées. Renoir, naturellement porté vers les sujets de personnes, anime ce paysage domestique par un soigneux portrait de l’artiste comme un impressionniste, voué aux principes jumeaux du travail en extérieur et de peindre la scène située immédiatement autour de lui. La texture de ce tableau – avec l’image construite d’une succession de coups rapides et nerveux typiques de l’impressionnisme et qui caractérisent les deux peintres -, suggère que chaque moment, ou chaque coup, enregistre une fraîche observation de la réalité. Cette toile de texture complexe montre bien comment Renoir joue de l’accumulation de nombreuses petites touches nerveuses pour conférer à la matière picturale une richesse scintillante. Des toiles comme celles-ci sont extrêmement proches de Monet et de Pissarro.

Publicités
Cet article a été publié dans Portraits 1860-1879. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s