Jeune femme tressant ses cheveux, Portrait de Mademoiselle Muller, 1876 ; Renoir

Huile sur toile, 55.5 x 46 cm
The National Gallery of Art, Washington, D.C. ; Ailsa Mellon Bruce Collection

 

En avril 1876 Renoir présente 15 oeuvres à la seconde exposition des impressionnistes, qui reçoit une sévère réponse de la critique. À la fin de l’été son moral ébranlé se remet légèrement lorsqu’il reçoit l’ordre d’élaborer quelques portraits, entre autres celui de mademoiselle Muller, une jeune parisienne dont on ne sait rien de plus, un de ses tableaux les plus sensuels de cette première période. Le modèle apparaît en premier plan, habillée d’une combinaison blanche qui permet de voir un large décolleté et les épaules, et jouant avec sa longue chevelure avec sa main gauche. Il se découpe devant un fonds neutre foncé que rehausse le brillant de sa peau blanchâtre, et reçoit un puissant foyer de lumière de la gauche qui rappelle les portraits peints par Le Titien. La nouveauté se trouve dans la projection d’ombres coloriées typiques de l’impressionnisme, tandis que la touche rapide et esquissée se rattache à l’école vénitienne de la Renaissance. Devant l’absence de détails dans le vêtement, un des centres d’attention de l’image se trouve sur le visage, dont le geste timide indique la personnalité renfermée du modèle.

Publicités
Cet article a été publié dans Portraits 1860-1879. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s