Portrait de l’actrice Samary, 1878; Renoir

Huile sur toile, 174 x 105 cm
Musée de l’Ermitage, Saint Petersbourg, Russie

Durant les années finales de la décennie de 1870, Renoir acquiert le rôle de portraitiste de la haute société parisienne, en abandonnant légèrement son style impressionniste pour se montrer plus modéré.

Cette toile est peut-être l’une des plus célèbres des nombreuses œuvres renommées de Renoir. C’est un de ses meilleurs portraits utilisant comme modèle l’actrice de la  "Comédie Française" Jeanne Samary, dont il a déjà effectué un portrait en buste, des années plus tôt. La femme charmante qui, selon l’artiste, «brille absolument », pose pour lui à de nombreuses occasions, bien que principalement pour des portraits en buste.

Fidèle au principe Impressionniste de peindre la vie comme elle est véritablement, l’artiste montre l’actrice dans son cadre habituel. Elle se tient debout, devant un fond de palmier en pot et de tapis, qui recrée l’intérieur d’une salle de dessin ou – comme c’est plus probable – d’un foyer de théâtre. Elle est habillée d’une robe blanche vaporeuse qui rehausse sa belle silhouette. Ses mains sont  gantées et unies à hauteur de la hanche, ses chaussures légèrement découvertes lors du déplacement du vêtement avec sa longue traîne. Les ombres coloriées sont harmonieusement distribuées sur la robe et contrastent avec l’obscurité des dessins des tapis et des tapisseries du fond. Le centre d’attention est le beau visage de la jeune femme, soulignant ses vifs et intelligents yeux, ses lèvres peintes de "rouge" et les cheveux blonds qui l’encadrent. Le dessin avec lequel il a doté de volume et de forme la personne est exquis, tandis que les autres éléments sont à peine esquissés. La couleur est appliquée de manière rapide, se centrant sur les points que Renoir veut souligner comme le buste ou le visage. L’effet atmosphérique qui entoure l’actrice paraît inspiré par l’École vénitienne.

La nature imposante de ce portrait, qui le rend beaucoup plus officiel que ses autres travaux, rappelle qu’il a été réalisé pour l’exposition au Salon, à laquelle participent principalement les artistes de l’Académie. Pourtant la manière d’exécution n’a rien dans commun avec l’art de l’Académie française. Dans les contours doux et fluides, dans la texture vibrante et dans les plus beaux reflets de couleur, nous voyons la main mature de ce maître de l’Impressionnisme.

Publicités
Cet article a été publié dans Portraits 1860-1879. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s